eMag de Suez-Environnement

eMag de SUEZ ENVIRONNEMENT

Accueil > La seconde vie des déchets > La collecte durable > La collecte hippomobile : quand le ramassage à cheval revient au goût du jour

collectedurable

La collecte durable

Accéder au dossier

Imprimer

Envoyer à un ami

La collecte hippomobile : quand le ramassage à cheval revient au goût du jour

Article publié le 25.11.11

La collecte hippomobile : quand le ramassage à cheval revient au goût du jour
Tombée en désuétude après la Première Guerre Mondiale, la collecte à cheval revient au goût du jour et s’impose petit à petit comme une solution de collecte sélective économique et écologique qui séduit de plus en plus de communes. Illustration avec les exemples réussis en Lorraine et en Suède.


Collecte sélective de déchets en centre ville et en zones touristiques, la collecte hippomobile s’effectue par le biais d’une voiture de collecte, tirée par un ou deux chevaux. De plus en plus de mairies sautent le pas et n’hésitent plus à recourir à ce mode de collecte. Ainsi, en France, plus de 70 villes de toutes tailles font aujourd’hui appel au cheval pour des tâches allant de la collecte de déchets à l’arrosage des espaces verts en passant par des travaux de voirie, de sécurité publique ou de transport de personnes.


Une collecte ludique et plus écologique

Moins polluante et moins bruyante que les solutions motorisées, la collecte hippomobile des déchets ménagers présente de très nombreuses qualités. Elle permet, en effet, de réduire efficacement l’empreinte carbone des tournées en camion et s’adapte parfaitement aux zones urbaines où les distances à parcourir sont limitées et les arrêts très fréquents. La collecte hippomobile connaît également un véritable succès et a un réel impact sur les comportements. En effet, plus proche de la nature et des gens, le cheval facilite la prise de conscience psychologique de la population sur l’importance de la collecte sélective, et la pousse à réaliser un meilleur tri, tant en quantité qu’en qualité. Du coup, toutes les villes qui l’ont choisi ont pu observer une progression de 15% à 17% du tonnage des emballages collectés. Cette collecte répond par ailleurs à 2 objectifs du Grenelle de l’Environnement :

- convertir 25% du transport routier en un autre mode de transport moins polluant
– atteindre un taux de recyclage des déchets ménagers de 45% en 2015

Une collecte qui s’effectue dans le respect de l’animal

Décidé à étendre son dispositif de collecte hippomobile, SUEZ ENVIRONNEMENT a signé en 2008 un partenariat avec les Haras Nationaux. Ce partenariat a pour but de proposer aux collectivités des services et produits utilisant le cheval. Dans les faits, accompagné de la meneuse qui conduit le cheval et d’un ripeur qui charge les sacs à un rythme régulier, l’animal effectue sa tournée au pas au maximum trois heures en continu, suivies d’une pause d’une heure au cours de laquelle il est dételé, nourri et abreuvé. Se déroulant généralement le matin, la tournée est programmée puis validée par des experts des Haras Nationaux. En Lorraine par exemple, le meneur conduit le cheval sur le site de SITA France où il est attelé et préparé pour sa tournée. De retour de sa collecte d’une longueur variable de 5 à 10 kilomètres, la benne est déchargée sur le site de SITA France et le cheval retourne au centre équestre où il est pansé, nettoyé et nourri par le meneur.

 

Le précédent Suédois : une solution discrète approuvée par le Roi !

Comment réussir une collecte propre et discrète dans un lieu aussi majestueux et solennel que les jardins de la demeure du Roi et de la Reine de Suède ? C’est ce casse-tête que SITA Suède a réussi à résoudre dès 2005 en trouvant un système de ramassage des déchets qui évite les nuisances sonores au palais de Drottningholm à Stockholm : la collecte hippomobile. Le système fonctionne si bien que ce qui devait ne durer que quelques mois a été reconduit. Et cela fait désormais 6 ans que Maria Jornholm et son fidèle Cliff effectuent leur tournée sous les yeux incrédules et ravis de milliers de touristes qui visitent chaque année le parc.

 

Verdun, la nouvelle conquête du cheval

Et la belle aventure du retour du cheval ne s’arrête pas là. Après avoir séduit le Roi de Suède, s’être implanté à Beauvais dans l’Oise en 2008 puis dans plus 70 communes, la collecte des déchets à cheval continue de gagner du terrain. C’est ainsi que, depuis le 5 avril 2011, la ville de Verdun a décidé de confier sa collecte à Sirène et Sally ainsi que Pétillante et Quesotte, les deux paires de chevaux de trait ardennais. La population et plus particulièrement les enfants sont vraiment ravis de voir passer ces chevaux, chaque passage de la collecte hippomobile constituant alors un rendez-vous familial. Cette proximité avec le cheval fait prendre conscience aux plus jeunes de l’importance du tri, du recyclage et du respect de la nature. En plus, les habitudes ne sont en rien bouleversées. Seul le mode de collecte change, les consignes de tri et les tournées restent les mêmes. Grâce à cette collecte hippomobile, les habitants bénéficient désormais du porte-à-porte à la fois pour les ordures ménagères et pour les journaux, papiers et autres cartons.

 

Des résultats probants

Partout où la collecte à cheval passe, les résultats suivent. Aussi, à Trouville, le cheval permet de ramasser près de 150 tonnes de verre usagé par an, mais aussi du carton et des piles, pour un investissement de 9 400 euros, contre 22 800 euros pour un camion non polluant et 13 700 pour un camion classique. A Beauvais, plus de deux tonnes de verre sont collectées chaque semaine au cours des deux collectes hebdomadaires du cheval. Des chiffres plus que probants qui valident le tout nouvel attrait pour le cheval.

 

En savoir plus sur

SITA France

Tags associés :

Imprimer

Envoyer à un ami

Mis à jour le 25.11.11

Haut