eMag de Suez-Environnement

eMag de SUEZ ENVIRONNEMENT

Accueil > L'eau dans tous ses états > Le contrat pour la santé de l’eau > Le Contrat pour la santé de l’eau : un nouveau modèle pour l’eau

contrat

Le contrat pour la santé de l’eau

Accéder au dossier

Imprimer

Envoyer à un ami

Le Contrat pour la santé de l’eau : un nouveau modèle pour l’eau

Article publié le 17.01.12

Contrat pour la santé de l'eau

Après deux ans de concertation avec tous les acteurs de l’eau dans le cadre de l’initiative Idées Neuves sur l’Eau, Lyonnaise des Eaux lance un nouveau modèle pour l’eau : le Contrat pour la santé de l’eau.


Fin 2009, Lyonnaise des Eaux initiait un large débat avec l’ensemble des acteurs de l’eau. Objectif : promouvoir un nouveau modèle pour l’eau. Tout au long de l’année 2010, la plateforme collaborative Idées neuves sur l’eau a permis à 100 000 internautes de confronter leurs points de vue autour de l’avenir de l’eau en France et de la nécessité de préserver cette ressource naturelle. Sur 400 propositions, 40 vraies bonnes idées sur l’eau ont été finalement retenues. Pour compléter cette vaste réflexion, des forums d’experts présidés par l’académicien Erik Orsenna et le philosophe Luc Ferry ont parallèlement réuni scientifiques, économistes, élus, urbanistes, industriels, représentants de l’administration de l’eau, ONG et membres du monde associatif.

A l’issue de ces débats, le constat semble partagé par tous : le modèle de l’eau arrive à la fin d’un cycle. Le XXème siècle fut celui des infrastructures et des réseaux pour acheminer l’eau à tous les Français. Le défi du XXIème siècle sera celui de la protection de la ressource qualitativement et quantitativement. Il faut repenser impérativement la gestion de l’eau en favorisant le passage d’un modèle basé sur le volume à un modèle basé sur la valeur. « Il ne s’agit plus seulement pour les opérateurs de distribuer, mais aussi de protéger la ressource. Et pour cela d’innover sans cesse, d’inventer toujours. »
confirme Erik Orsenna.


L’eau : une ressource fragile à répartir entre tous

Gouttes d'eau

Si, globalement, la France ne manque pas d’eau, sa ressource en eau s’avère inégalitaire et mal répartie. A titre d’exemple, le bassin Seine-Normandie dispose de trois fois moins d’eau par an et par habitant que la moyenne nationale. Essentielle à la biodiversité et nécessaire aux activités humaines, l’eau façonne les écosystèmes et la répartition géographique des populations. Or, face à l’urbanisation croissante et la disparition progressive des zones humides en France, il est nécessaire de mieux assurer sa circulation au sein des territoires.

De plus, cette ressource est fragile. Aujourd’hui, 50% des eaux de surface sont en mauvais état écologique et la ressource subit une pression croissante de la part des activités humaines, des pratiques industrielles, agricoles et des bouleversements climatiques. Dans un avenir proche, le réchauffement climatique risque de multiplier les phénomènes de sécheresse et d’inondation. La montée du niveau de la mer menace d’ores-et-déjà de salinisation certaines nappes souterraines. La préservation de la ressource est donc un enjeu majeur de notre siècle.

 

Vers un nouveau modèle politique, industriel, économique et social de l’eau

Le contrat pour la santé de l'eau

Plus d’un Français sur 2 pense à tort qu’il boit de l’eau issue des stations d’épuration. Il est donc essentiel d’informer davantage le grand public sur la réalité du cycle de l’eau. Autres priorités : inventer de nouvelles règles de gouvernance de l’eau et repenser son modèle économique. Les modèles d’hier basés sur la quantité de volumes vendus sont devenus caducs et contre-productifs. L’impératif de préservation de la ressource en eau invite à réviser le principe de rémunération des opérateurs et réformer les systèmes de tarification.

Pour répondre à ces enjeux, Lyonnaise des Eaux propose un nouveau modèle politique, industriel, économique et social de l’eau assorti de solutions concrètes afin d’agir collectivement pour la préservation de l’eau. Ce Contrat pour la santé de l’eau, lancé le 21 novembre 2011, s’articule en trois piliers distincts sous la forme de douze engagements :

Mieux gouverner l’eau pour bien la protéger.

- Contractualiser une charte de gouvernance locale en informant davantage les clients sur l’eau et leurs opérateurs
– Partager la connaissance avec tous les publics
– Ouvrir la gouvernance de l’entreprise et déployer l’éthique d’intervention

Voir les actions menées

Innover pour la santé de l’eau et en mesurer l’efficacité

- Economiser l’eau
– Restaurer le bon état écologique de l’eau et compenser les pressions sur la biodiversité
– Garder un temps d’avance sur la qualité de l’eau potable
– Transformer les installations de traitement et d’épuration en plateformes environnementales
– Développer les compétences humaines

Voir les actions menées

Promouvoir une économie vertueuse et concertée de l’eau

- Intégrer la performance environnementale dans la rémunération de l’opérateur
– Partager équitablement la valeur créée
– Rendre possible l’accès de l’eau à tous
– Contribuer à l’emploi local

Voir les actions menées

Dans un souci de transparence, la filiale de SUEZ ENVIRONNEMENT a placé l’efficacité de ses trois piliers sous le contrôle de Vigeo, Agence indépendante de notation sociétale.

 

 

En savoir plus sur

Contrat pour la santé de l’eau

L’Agence Indépendante de Notation Sociétale

Lyonnaise des Eaux

Tags associés :

Imprimer

Envoyer à un ami

Mis à jour le 17.01.12

Haut