eMag de Suez-Environnement

eMag de SUEZ ENVIRONNEMENT

Accueil > L'eau dans tous ses états > Les ressources alternatives en eau > Le dessalement d’eau de mer, une technologie qui s’affirme

waterdossier

Les ressources alternatives en eau

Accéder au dossier

Imprimer

Envoyer à un ami

Le dessalement d’eau de mer, une technologie qui s’affirme

Article publié le 22.01.14

Usine de dessalement d'eau de mer de Wonthaggi en travaux vue du ciel Crédit Photo : ©SUEZ ENVIRONNEMENT / Marcel Aucar

Et si on se mettait à boire l’eau de mer ? Une idée farfelue ? Pas si l’on en croit le fait  que 200 millions de personnes en bénéficie déjà ! Avec 97 % d’eau salée sur la planète et 40 % de la population vivant à moins de 100 km de la mer, voilà une technique vouée à un bel avenir. Et pourtant, moins de 1 % de la quantité d’eau potable produite est issu du dessalement. Le principal frein ? Une technique jusqu’alors, un peu trop gourmande en énergie mais qui ne cesse d’innover pour faire baisser la note. Zoom sur une métamorphose extraordinaire.

 

L’osmose inverse s’impose

El Segundo : usine de recyclage des eaux usées Edward C Little - West Basin Municipal District (Californie) Crédit Photo : ©SUEZ ENVIRONNEMENT / ABACA PRESS / Lionel HAHN

En effet, une technologie est en train de s’imposer dans le monde grâce aux progrès effectués pour réduire la consommation d’énergie des infrastructures et donc les coûts de revient : l’osmose inverse. Cette technologie consistant à envoyer l’eau salée sous très forte pression à travers une membrane extrêmement fine a réalisé d’énormes progrès énergétiques ces dernières années ; grâce au travail réalisé sur les membranes d’une part et grâce aux performances accrues des systèmes de récupération d’énergie d’autre part.

En effet, l’énergie hydraulique générée par le procédé est valorisée grâce à des turbines Pelton ou des échangeurs de pression et réutilisée pour réduire la consommation énergétique des infrastructures. L’efficacité de ces méthodes est telle que l’on est aujourd’hui capable de produire « 23 litres d’eau propre en consommant autant d’électricité qu’une ampoule de 100 watts pendant une heure. »¹

 

Le dessalement en Australie, une réponse au stress hydrique

A travers sa filiale Degrémont, SUEZ ENVIRONNEMENT s’est imposé comme un leader mondial du secteur. Illustration de ce savoir faire, l’usine de dessalement de l’état de Victoria est une référence incontournable. Résultat d’un million d’heures d’études et de plus de 3 ans de travaux, elle est capable de produire 450 000 m³ d’eau potable chaque jour et de subvenir au tiers des besoins de la ville de Melbourne. A l’échelle du pays, SUEZ ENVIRONNEMENT approvisionne 5 millions d’Australiens (20 % de la population) en eau potable et mène des projets ambitieux et durables pour en finir avec la dépendance aux précipitations.

 

L’incroyable histoire de l’usine de dessalement de l’état de Victoria

¹ParisTech Review, 2013, http://www.paristechreview.com/2013/07/24/dessalement-eau-mer/

En savoir plus sur

Degrémont

SUEZ ENVIRONNEMENT en Australie (pdf)

Tags associés :

Imprimer

Envoyer à un ami

Mis à jour le 22.01.14

Haut