eMag de Suez-Environnement

eMag de SUEZ ENVIRONNEMENT

Accueil > L’économie verte > La transition écologique > Les progrès de l’économie circulaire en France

Transition écologique

La transition écologique

Accéder au dossier

Imprimer

Envoyer à un ami

Les progrès de l’économie circulaire en France

Article publié le 19.09.13

SITA France - FPR - Usine de recyclage de bouteille PET. Stock de balles de plastique / Crédit Photo : ©SUEZ ENVIRONNEMENT / Philippe MENCIA MH Prod

Pour réussir sa transition écologique et son passage d’une économie linéaire à une économie circulaire, la France doit réduire sa production de déchets et favoriser le recyclage. C’est l’un des grands chantiers ouverts par la deuxième Conférence environnementale pour la transition écologique. Où en est-elle par rapport aux objectifs fixés par le Grenelle de l’Environnement ? L’eMag fait le point.

 

Le système économique actuel est basé sur un schéma linéaire : « extraire, produire, consommer, jeter ». Or de nombreuses ressources tendent à s’épuiser. Les prix des matières premières ne cessent de croître. Le volume des déchets ménagers a également doublé en quarante ans. Il est donc temps de réagir. L’économie circulaire vise à minimiser les prélèvements de matières premières et la production de déchets non réutilisables et non recyclables. Elle permet donc de produire tout en respectant l’environnement.

 

L’évolution de la production et du recyclage des déchets

Les lois Grenelle, votées suite au Grenelle de l’Environnement, ont pour but d’orienter notre modèle économique vers l’économie circulaire en réduisant le volume de déchets produits et en favorisant le recyclage. Six ans après le début des négociations, quelles ont été les avancées en terme de production et de recyclage des déchets en France ? Trois indicateurs de suivi mis en place par le Commissariat général au développement durable permettent de les mesurer : la production de déchets ménagers et assimilés, le taux de recyclage de ces déchets et la production de déchets industriels.

La production de déchets ménagers et assimilés

D’après le rapport Wahl, la production d’ordures ménagères et assimilées était de 374 kg par habitant en 2009. La cible définie pour 2013 s’élève à 363 kg par habitant. Elle semble donc atteignable. Mais comment se place la France par rapport à ses voisins européens ? Le concept d’ordures ménagères et assimilées étant purement français, les comparaisons ne sont possibles qu’au niveau des déchets municipaux produits. En la matière, la France produisait 531 kg de déchets municipaux par habitant en 2010, pour une moyenne de 502 kg par habitant dans l’Union européenne.

Le recyclage des déchets ménagers et assimilés

La loi Grenelle 1 prévoit, par ailleurs, un taux de recyclage des déchets ménagers et assimilés de 35 % en 2012, puis de 45 % en 2015. Selon l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), 35 % des déchets ménagers et assimilés étaient orientés vers le recyclage dès 2010. La première partie de l’objectif est donc déjà réalisée. Les efforts engagés doivent néanmoins être poursuivis. À titre de comparaison, le taux de recyclage moyen des déchets municipaux dans l’Union européenne s’élevait en 2010 à 42 %, l’Autriche et l’Allemagne atteignant respectivement des taux exemplaires de 66 % et 60 %.

La production de déchets industriels

Qu’en est-il du volume des déchets produits par les industriels ? Si le Grenelle de l’Environnement ne fixe pas d’objectif chiffré pour ces déchets, il envisage néanmoins une diminution de leur volume. En 2010, la production de déchets dangereux en France s’élevait à 84,8 % de son niveau de 2006. La production de déchets non dangereux atteignait, quant à elle, 90,3 % de son niveau de 2006. On assiste donc bien à une baisse de la production des déchets industriels conforme à l’objectif du Grenelle de l’environnement.

Le rapport Wahl souligne que ces trois indicateurs témoignent d’une trajectoire conforme ou supérieur à la trajectoire nécessaire pour atteindre les objectifs fixés par le Grenelle de l’Environnement.

 

SITA, le spécialiste du recyclage

SITA France - FPR - Usine de recyclage de bouteille PET. Stock de balles de plastique / Crédit Photo : ©SUEZ ENVIRONNEMENT / Philippe MENCIA MH Prod

SITA, filiale de Suez Environnement, applique depuis plusieurs années les principes de l’économie circulaire. En collaboration avec Nexans et Paprec, l’entreprise a développé des solutions visant à maximiser la valorisation des câbles ainsi que les bouteilles en plastique. Les métaux issus des câbles sont refondus. Certains plastiques sont transformés en revêtements extérieurs, bordures de trottoirs ou cônes de signalisation. Les bouteilles traitées par l’usine France Plastiques Recyclage de Limay (Yvelines) sont réduites en granulés. Ces derniers servent ensuite à fabriquer d’autres bouteilles ou des emballages alimentaires.

 

En savoir plus sur

La Conférence environnementale

La feuille de route pour la transition écologique

Le rapport Wahl

Le rapport gouvernance Grenelle I et II

Tags associés :

Imprimer

Envoyer à un ami

Mis à jour le 19.09.13

Haut