eMag de Suez-Environnement

eMag de SUEZ ENVIRONNEMENT

Accueil > L’économie verte > La gestion de l’eau et des déchets en Chine > La gestion de l’eau et des déchets en Chine : une vaste entreprise

chine_ass

La gestion de l’eau et des déchets en Chine

Accéder au dossier

Imprimer

Envoyer à un ami

La gestion de l’eau et des déchets en Chine : une vaste entreprise

Article publié le 20.08.13

Macao, Macao Water, Chine - usine de production d'eau potable / Crédit Photo : ©SUEZ ENVIRONNEMENT / ABACAPRESS / Patrick WACK
La Chine compte actuellement plus de 1,3 milliard d’habitants. Avec une population aussi nombreuse et une urbanisation galopante, le pays doit impérativement améliorer la gestion de ses déchets et de ses ressources en eau. Si certaines solutions existent déjà, d’autres restent encore à inventer.

 

Avec une superficie de 9,6 millions de km2 et une population de plus de 1,3 milliard d’habitants, la Chine est confrontée à un réel défi en matière de gestion de l’eau. Ainsi, alors que le pays accueille plus de 20 % de la population mondiale, elle ne dispose que de 7 % des réserves d’eau douce1. La distribution et la répartition de l’or bleu entre les différentes régions n’en sont que plus difficiles. De plus, les ressources en eau disponibles diminuent d’année en année. Plus de 90 % des cours d’eau chinois sont asséchés une partie de l’année. Comparée à 1950, la superficie des lacs chinois a diminué de 15 % et celle des marais naturels de 26 %.1

 

Une eau mal répartie sujette au gaspillage et à la pollution

Macao, Macao Water, Chine - ville de Macao : rivière des Perles et Tour de Macao / Crédit Photo : ©SUEZ ENVIRONNEMENT / ABACAPRESS / Patrick WACK

La distribution inégale des ressources hydriques freine le développement économique de certaines régions, principalement en Chine du Nord et de l’Ouest. De plus, selon le ministère chinois des Ressources en Eau, plus de 400 villes souffrent actuellement d’une pénurie d’eau. Et ce phénomène va aller en s’amplifiant du fait d’une urbanisation galopante. Selon le centre de ressources Novethic, 50 % des Chinois vivaient en ville en 2011 contre 36,1 % en 2000.

Dans un tel contexte, une meilleure gouvernance des ressources en eau, ainsi que la lutte contre la pollution et le gaspillage, revêtent une importance capitale. L’État chinois a donc pris différentes mesures afin de corriger les déséquilibres liés aux ressources en eau. La construction de la voie d’eau du Sud vers le Nord du pays est en train de se poursuivre. Ce projet vise à transférer une partie des eaux du Yangzi, l’un des plus grands fleuves du monde, vers la Grande Plaine de Chine du Nord. La Chine du Nord regroupe en effet 45 % de la population chinoise, mais ne dispose que de 15 % de ses ressources en eau. La Chine du Sud héberge, quant à elle, 55 % de la population, mais concentre 80 % des ressources hydriques1… Le dessalement, qui consiste à transformer l’eau de mer en eau potable, apparaît également comme une solution pour alimenter en eau potable les villes côtières.

Pour l’aider à relever le défi d’une meilleure gestion de l’eau, la Chine ouvre son territoire aux experts étrangers de l’eau et de l’assainissement. Présent dans le pays depuis près de trente ans, SUEZ ENVIRONNEMENT propose ainsi des solutions adaptées aux industriels et aux municipalités chinois. Par exemple, sa filiale Macao Water, traite et distribue l’eau potable de la ville de Macao depuis 1985. Dans l’industrie, le taux de recyclage des eaux usées ne dépasse pas 60 % en moyenne, au lieu de 90 % dans les pays développés. C’est pourquoi Sino French Water Development met son expertise en matière de traitement des eaux usées et  traitement des boues au service de grands parcs industriels tels que le Suzhou Industrial Park (SIP), le Shanghai Chemical Industrial Park (SCIP) ou encore le Chongqing Changshou Chemical Industrial Park (CCCIP).

Enfin, dans l’agriculture, de nouvelles techniques d’irrigation plus économes en eau se développent pour remplacer petit à petit le système traditionnel d’irrigation par inondation qui fait perdre presque 50 % de l’eau utilisée, soit par infiltration, soit par évaporation.

 

Une quantité de déchets considérable

Collecte des ordures ménagères à Hong Kong - Waylung Waste Services - SWIRE-SITA. / Crédit Photo : ©BERTRAND VIRGILE SIMON / SUEZ ENVIRONNEMENT

En raison de sa croissance économique fulgurante, la Chine est également confrontée à une problématique significative en matière de déchets. Deuxième puissance économique mondiale, l’Empire du Milieu est le premier producteur de déchets à l’échelle de la planète. Environ 430 000 tonnes de déchets sont générées chaque jour dans le pays. L’enfouissement reste le mode de traitement privilégié, ce qui pose des problèmes de pollution des sols et des eaux.

Face à cette situation, les pouvoirs publics ont décidé de réagir. D’ici 2015, l’incinération devrait ainsi concerner 35 % des déchets. Selon le centre de ressources Novethic, 90 usines d’incinération devraient voir le jour dans les années à venir. Là encore, les autorités font appel au savoir-faire des spécialistes étrangers de la valorisation des déchets. SITA Waste Services, une filiale de SUEZ ENVIRONNEMENT, exploite ainsi deux des trois principales décharges de Hong-Kong. Sur l’une d’entre elles, la North East New Territories (NENT), l’ensemble du site d’enfouissement de NENT est entièrement doublé avec un système de confinement sécurisé, intégrant une doublure imperméable  multi-couches haute densité, et une collection de lixiviat complet et des équipements de traitement. La dégradation des déchets dans un environnement d’enfouissement anaérobie produit du biogaz. Des puits de gaz et des tuyaux de collecte ont été installés à travers le site pour extraire les biogaz comme source d’énergie pour produire de l’électricité et comme combustible de chauffage..

On constate donc une réelle prise de conscience de la Chine au niveau la gestion de l’eau et des déchets. Les autorités mènent une politique volontariste pour mieux répartir l’eau, mieux la distribuer, mieux la traiter et moins la gaspiller. Elles s’ouvrent également à la valorisation des déchets et tentent de diminuer l’impact de ses déchets sur l’environnement. Tout cela va dans le sens d’un développement plus durable et constitue de véritables opportunités d’exprimer les savoir-faire des spécialistes de l’eau et des déchets.


1 Source : La revue Monde Chinois (automne 2008)

 

En savoir plus sur

Macao Water (en anglais uniquement)

Sino French Water Development (en anglais uniquement)

SITA Waste Services (en anglais uniquement)

Tags associés :

Imprimer

Envoyer à un ami

Mis à jour le 20.08.13

Haut