eMag de Suez-Environnement

eMag de SUEZ ENVIRONNEMENT

Accueil > L'eau dans tous ses états > La gestion raisonnée de l’eau > La gestion raisonnée de l’eau, un atout essentiel pour la croissance verte

dossier7-eau

La gestion raisonnée de l’eau

Accéder au dossier

Imprimer

Envoyer à un ami

La gestion raisonnée de l’eau, un atout essentiel pour la croissance verte

Article publié le 16.05.12

Lyonnaise des Eaux : effets d'eau, effets d'ondes

Vecteur essentiel de la croissance verte, la gestion raisonnée de l’eau s’inscrit aujourd’hui comme une exigence au regard des grands enjeux environnementaux du XXIème siècle. Entre préservation de la ressource en eau et protection de sa qualité, focus sur une nécessité qui fait l’objet d’une attention toute particulière de la part de SUEZ ENVIRONNEMENT et de ses filiales.


A l’aune de La Conférence des Nations Unies pour Le Développement Durable intitulée « Rio +20 », le constat est sans équivoque. D’ici 2050, une personne sur quatre vivra dans un pays affecté par un manque chronique ou récurrent d’approvisionnement en eau potable. D’après le programme commun OMS/UNICEF de surveillance de l’eau, 783 millions de personnes n’ont toujours pas accès à l’eau potable et 2,5 milliards de personnes manquent de services d’assainissement améliorés. Face à ces chiffres, la gestion raisonnée de l’eau fait aujourd’hui figure de nécessité. C’est pourquoi elle s’articule autour de deux préoccupations majeures : économiser la ressource en eau et en protéger sa qualité.

 

Préserver la ressource en eau, un objectif essentiel

Station d'épuration du Syndicat intercommunal de Verneuil - technicien sur la passerelle du bassin de clarification

Pour préserver la ressource en eau, plusieurs solutions sont mises en oeuvre par SUEZ ENVIRONNEMENT et ses filiales. L’un des premiers champs d’action consiste à sécuriser les approvisionnements en eau en diversifiant les sources de prélèvement. C’est par exemple le cas à Perth en Australie où Degrémont exploite depuis 2006 une usine de dessalement d’une capacité de traitement de 143 000 m3 d’eau par jour.

Diversifier mais aussi économiser et optimiser. En plaçant les réseaux d’eau “sur écoute”, on peut traquer les fuites et ainsi limiter les pertes en eau. C’est à cette fin qu’a été créé « Le Cercle des eaux disparues » développé par Lyonnaise des Eaux. A Casablanca au Maroc, de 1997 à 2011, plus de 34 millions de mètres cube d’eau ont ainsi été économisés par an.

Afin de préserver la ressource, recycler l’eau pour les services industriels et urbains apparaît aujourd’hui une solution particulièrement adaptée aux zones en situation de stress hydrique. Cette solution porte ses fruits à West Basin en Californie du Sud. La technique de réutilisation de l’eau appelée « Re-Use » y réduit jusqu’à 80% les importations d’eau potable.

Enfin, adopter une gestion raisonnée de l’eau, c’est aussi éduquer les comportements et réviser les habitudes de consommation. D’où la nécessité de promouvoir une maîtrise des consommations en eau par les professionnels comme par les usagers. Des outils comme la solution Terrena de Lyonnaise des Eaux ou la télérelève à Malte qui sensibilise les 400 000 habitants de l’île en sont les illustrations parfaites.

 

Bien gérer l’eau, c’est aussi protéger sa qualité

Lyonnaise des Eaux, mains tenant deux béchers contenant de l'eau avant et après filtration

Préserver la ressource en eau implique également de protéger sa qualité. Cela passe par la maîtrise des systèmes d’assainissement. A Santiago du Chili, un programme massif d’investissement et de construction d’installations d’épuration permet par exemple à l’agglomération d’épurer 100 % de ses eaux usées en 2012, alors que la région n’en traitait que 3% en 1999.

En plus du travail des systèmes d’assainissement, progresser par la recherche dans le domaine des traitements de l’eau complète aussi le dispositif. C’est le but que s’est fixé le programme AMPERES (Analyse des Micropolluants Prioritaires et Emergents dans les Rejets de stations d’épuration et les Eaux Superficielles). Conduit par l’IRSTEA et SUEZ ENVIRONNEMENT et cofinancé par l’Agence Nationale de la Recherche française, le programme AMPERES, pour “Analyse des Micropolluants Prioritaires et Émergents dans les Rejets de station d’épuration et les Eaux Superficielles”, permet de rechercher et surveiller l’émergence de nouveaux micropolluants pour les traiter efficacement. Anticiper et être à la pointe du développement technologique, c’est aussi ça, une bonne gestion raisonnée de l’eau.

En savoir plus sur

La conférence Rio+20

IRSTEA

Agence Nationale pour la Recherche

L’innovation AQUA circleTM

Tags associés :

Imprimer

Envoyer à un ami

Mis à jour le 16.05.12

Haut