eMag de Suez-Environnement

eMag de SUEZ ENVIRONNEMENT

Accueil > L'eau dans tous ses états > La gestion raisonnée de l’eau > Le dessalement, un enjeu essentiel pour l’avenir

dossier7-eau

La gestion raisonnée de l’eau

Accéder au dossier

Imprimer

Envoyer à un ami

Le dessalement, un enjeu essentiel pour l’avenir

Article publié le 22.07.11

Le dessalement, un enjeu essentiel pour l'avenir

Les réserves d’eau douce représentent seulement 2,53 % de l’eau terrestre et seul 1 millionième des ressources globales est utilisable. 39 % de la population mondiale vit à moins de 100 km des côtes. Ces constats mettent en lumière les enjeux de l’activité de dessalement menée par Degrémont, filiale de SUEZ ENVIRONNEMENT, une grande partie des régions en stress hydrique pouvant potentiellement utiliser cette technique pour combler leurs besoins en eau potable ou pour l’industrie et l’irrigation.


Il existe deux principales techniques de dessalement :

• La distillation est la technologie la plus ancienne. Elle associe les phénomènes d’évaporation et de condensation pour garantir une salinité finale inférieure à 10 mg/L.
• L’osmose inverse, plus récente, est un procédé développé par SUEZ ENVIRONNEMENT afin de permettre de retenir, sous l’effet de la pression, plus de 99,9% des sels dissous présents dans l’eau grâce à un filtre membranaire.

A ce jour, le dessalement d’eau de mer produit à peu près 1% de l’eau potable dans le monde. Ce chiffre cache des disparités suivant les régions du monde. Ainsi permet-elle de couvrir aujourd’hui 20% des besoins en eau potable du continent océanien.

 

Le cas australien

En avril 2005, l’autorité publique Water Corporation (Australie occidentale) a fait confiance à Degrémont, filiale de SUEZ ENVIRONNEMENT pionnière de la technologie de dessalement par osmose inverse, pour concevoir, construire et exploiter la première usine de dessalement d’eau de mer de Perth. D’une capacité de 143 000 m3 d’eau par jour, l’usine de Perth, en service depuis octobre 2006, comprend les structures de prise d’eau de mer et de pré-traitement, les unités de dessalement par osmose inverse et les unités de pompage et de reminéralisation.

Degrémont achève actuellement la construction d’une deuxième usine en Australie qui couvrira un tiers de la demande en eau de l’agglomération de Melbourne d’ici décembre 2011. Situé à 80km de la ville sur le détroit de Bass, il s’agit de la plus grande usine de dessalement de l’hémisphère sud. Construite dans le respect de l’environnement, elle produira 450 000 m3 d’eau dessalée par jour en utilisant de l’énergie renouvelable produite notamment grâce à un parc éolien. L’Australie trouve avec la technique du dessalement un moyen efficace de lutter contre douze années de sécheresse.

 

 

250 usines de dessalement à travers le monde

Aujourd’hui, ce sont 250 usines de dessalement qui ont été construites par Degrémont dans le monde, couvrant les besoins en eau potable de 10 millions d’habitants. Aux Emirats Arabes Unis, situés dans la zone du monde où l’on a le plus recours à cette technique, l’usine de Fujaïrah utilise une nouvelle approche dite « hybride » couplant les deux techniques de dessalement. Cette technologie permet de faire appel de manière complémentaire à la production d’eau par filière thermique et par osmose inverse. Elle produit ainsi 250 000 m3/j d’eau par 5 unités MSF (procédé de distillation multiflash) raccordées à la centrale électrique et 170 500 m3/j d’eau par osmose inverse. L’eau produite est principalement destinée à l’irrigation de la région d’Al-Ayn, afin de compenser le tarissement accru des nappes phréatiques.

En Espagne, l’usine d’El Atabal offre une véritable solution en cas de situation prolongée de pénurie qualitative et quantitative de ressources hydriques à Malaga en produisant 165 000 m3/j d’eau dessalée. L’Espagne est d’ailleurs le premier pays européen producteur d’eau dessalée. Degrémont a également inauguré en 2009 à Barcelone la plus grande usine de dessalement d’Europe bénéficiant d’une capacité de production d’eau potable de 200 000 m3/j. Elle alimente en eau potable près de 20% de la population de la région de Barcelone, soit 1,3 million d’habitants.

 

Une solution d’avenir qui prend en compte le respect de la biodiversité

Le marché du dessalement connaît actuellement un essor très important. Nos besoins en eau augmentant et nos réserves en eau de bonne qualité diminuant, cette technique apparaît comme l’une des solutions pour pallier au manque d’eau potable au vu de l’abondance de la matière première : l’eau de mer et les eaux saumâtres. Cet essor doit se faire dans le respect de la biodiversité. C’est pourquoi Degrémont, pour le site de Melbourne, entend que son usine de dessalement soit énergétiquement autosuffisante grâce à deux grands champs d’éoliennes capables de générer plus de 350 000 méga watts et ainsi couvrir l’équivalent de sa consommation moyenne. A terme, cela ouvre la voie à des binômes efficaces entre usines de pointe et technologies de production d’énergie verte parfaitement adaptées à son environnement pour en tirer de l’énergie (turbines marémotrices, éolienne sous-marines par exemple), ce qui leur permettrait même de devenir énergétiquement excédentaire.

Crédit Photo : © SUEZ ENVIRONNEMENT / Abacapress / Michel Martinez Boulanin

En savoir plus sur

La production d’eau potable par dessalement par Degrémont

Le dessalement par SUEZ ENVIRONNEMENT

L’usine de dessalement de Perth (Australie) par Degrémont

L’usine de dessalement de Perth (Australie) par SUEZ ENVIRONNEMENT

L’usine de dessalement de Fujaïrah (Emirats Arabes Unis) par Degrémont

L’usine de dessalement d’El Atabal (Espagne) par Degrémont

L’usine de dessalement de Barcelone (Espagne) par Degrémont

Tags associés :

Imprimer

Envoyer à un ami

Mis à jour le 22.07.11

Haut