eMag de Suez-Environnement

eMag de SUEZ ENVIRONNEMENT

Accueil > L'eau dans tous ses états > La lutte contre les micro-polluants > La lutte contre les micropolluants s’organise

microp

La lutte contre les micro-polluants

Accéder au dossier

Imprimer

Envoyer à un ami

La lutte contre les micropolluants s’organise

Article publié le 09.02.12

La lutte contre les micropolluants s’organise

La luttre contre les micropolluants dans l’eau s’améliore, les techniques d’analyse sont de plus en plus efficaces et le cadre réglementaire sur l’eau du robinet de plus en plus strict. En proposant des outils innovants de prévention tels que NitrascopeTM et en soutenant des programmes de recherche tels que RHODANOS, SUEZ ENVIRONNEMENT s’inscrit dans cette avancée en mènant une politique de recherche et de développement pour renforcer ses solutions de traitement. Explications.


Les micropolluants sont des molécules minérales ou organiques, issues de l’agriculture, de la chimie ou de l’industrie, qui peuvent avoir, au-delà d’un certain seuil, des impacts négatifs sur les écosystèmes et l’environnement. L’amélioration des techniques d’analyse permet de déterminer de plus en plus précisément la présence de ces molécules dans l’eau. Ces techniques favorisent ainsi une lutte de plus en plus efficace contre des micropolluants dont l’existence était inconnue par le passé. Témoins fidèles de nos activités et de nos modes de vie, les micropolluants ont, même à faible dose, un effet probable sur les écosystèmes marins bien qu’aucune étude n’ait toutefois encore démontré leur toxicité sur la santé humaine. L’heure est donc à la vigilance sans pour autant céder à l’alarmisme.


Réduire les rejets à la source : une solution simple et peu coûteuse

Mené par Lyonnaise des Eaux, le programme de recherche AMPERES a montré lors d’une étude publiée en janvier 2010 que 85 % des substances prioritaires sont arrêtées à plus de 70 % par les stations d’épuration. C’est la preuve que les infrastructures actuelles luttent efficacement contre les micropolluants et que les stations d’épuration existantes peuvent contribuer à l’atteinte des objectifs européens de bon état écologique et chimique des masses d’eau en France fixés à l’horizon 2015.

La France, comme tous les autres pays de l’Union Européenne, applique la directive-cadre sur l’eau de 2000. Elle doit ainsi traquer 41 micropolluants (33 dans le cadre de la DCE + 8 déterminés par la réglementation française) dans le cadre de la surveillance des masses d’eau. Pour y parvenir, elle a adopté un plan d’action pour la mise en conformité de l’assainissement des collectivités locales (2012-2018), un plan contre la pollution des milieux aquatiques par les micropolluants (2010-2013), et un plan national sur les résidus médicamenteux (PNRM), lancé 30 mai 2011. Avec le Grenelle Environnement, la France s’est aussi fixée un objectif de bon état écologique de 66% de ses masses d’eau d’ici 2015.


Le dispositif mis en place par SUEZ ENVIRONNEMENT

Pour lutter efficacement contre les micropolluants, la meilleure solution est de réduire les rejets à la source. C’est la moins coûteuse, et la plus simple à mettre en oeuvre. Il est aussi possible de créer des collectes spécifiques, ou des stations d’épuration locales. Il sera ainsi plus facile de traiter sur place les effluents d’une usine agroalimentaire plutôt que de les mélanger à ceux de la collectivité.

Trois procédés de traitement existent pour éliminer les micropolluants :

La rétention par filtration sur membrane permet de capter les résidus médicamenteux.
L’ozonation, un traitement chimique par oxydation qui désactive les pesticides et les organismes pathogènes.
Degrémont, filiale de SUEZ ENVIRONNEMENT et expert du traitement de l’eau, est un des spécialistes de ces deux solutions.
L’adsorption (à ne pas confondre avec l’absorption) sur charbon actif, qui permet de fixer certains antibiotiques et produits utilisés par l’imagerie médicale.

En outre, SUEZ ENVIRONNEMENT dispose de 35 études sur les micropolluants réalisées par son Centre International de Recherche Sur l’Eau et l’Environnement (CIRSEE). Fin 2011, a été créé le premier Conseil d’Orientation pour l’Eau, l’Environnement et la Santé, qui réunit des experts internationaux chargés notamment de définir une stratégie sur ces polluants. De son côté, Lyonnaise des eaux participe à l’identification des molécules dont le traitement pourrait être amélioré par la recherche.

R+I Alliance, Safege, Ondeo Systems, Lyonnaise des Eaux et le CIRSEE ont par ailleurs développé l’outil NitrascopeTM qui permet aux collectivités de mieux protéger les captages d’eau potable de la pollution au nitrate.

Enfin, en septembre 2011, le pôle de compétitivité Axelera et SUEZ ENVIRONNEMENT ont présenté les résultats du programme RHODANOS. Ce dernier porte sur la maîtrise de la pollution liée aux rejets industriels, urbains et pluviaux.

En proposant aux collectivités et industriels des stations d’épuration de plus en plus performantes et en anticipant les réglementations futures dans ses programmes de recherche, SUEZ ENVIRONNEMENT s’engage dans une lutte permanente contre les micropolluants afin de garantir une eau saine et propre à la consommation.

 

En savoir plus sur

Le programme de recherche AMPERES

R+I Alliance

SAFEGE

Ondeo Systems

Nitrascope par SUEZ ENVIRONNEMENT

Le Programme RHODANOS

La lutte contre les micropolluants par Lyonnaise des Eaux

L’absorption sur charbon actif par Degrémont

Tags associés :

Imprimer

Envoyer à un ami

Mis à jour le 09.02.12

Haut