eMag de Suez-Environnement

eMag de SUEZ ENVIRONNEMENT

Accueil > L'eau dans tous ses états > Les Océans, une richesse à préserver > Les océans en danger : pollution, surexploitation, dérèglement climatique…

dossierocean_ass

Les Océans, une richesse à préserver

Accéder au dossier

Imprimer

Envoyer à un ami

Les océans en danger : pollution, surexploitation, dérèglement climatique…

Article publié le 06.06.13

Lyonnaise des Eaux - Côte d'Azur (France) - Bateau Mer propre en mer avec mouette / Crédit Photo : ©SUEZ ENVIRONNEMENT / William DANIELS
Les menaces qui pèsent sur les océans sont aujourd’hui préoccupantes : pollution, surpêche, dérèglement climatique… Découvrez quels sont les impacts de ces menaces sur le milieu marin, un milieu essentiel à la vie sur Terre.

 

Des sources de pollutions multiples

Ville de Rio de Janeiro vue depuis le Corcovado / Crédit Photo : GDF SUEZ / ABACAPRESS / RIBAS RICARDO

Actuellement, deux êtres humains sur trois habitent à moins de 80 kilomètres de la mer. Plus le nombre d’habitants sur les côtes augmente, plus la quantité de déchets et d’eaux usées à traiter est importante et plus les rejets dans le milieu naturel fragilisent les écosystèmes. D’après le site Planestoscope, 6,5 millions de tonnes de déchets plastiques se déversent chaque année dans les océans du monde entier. Les détritus abandonnés dans la nature sont souvent emportés par la pluie et le vent. Ils s’échouent alors dans les rivières et les fleuves avant de finir dans la mer… Ce phénomène a provoqué l’apparition d’une giganstesque plaque de déchets plastiques grande de près de 3,5 millions de km² dans le nord-est de l’Océan Pacifique, surnommée le 7ème continent.

Les résidus de produits chimiques issus de l’agriculture ou de l’industrie peuvent également contaminer les cours d’eau, et par voie de conséquence, les océans. Bien que très médiatisées, les marées noires ne représentent pas les seules pollutions issues des activités marines. Lorsqu’un bateau purge ses réservoirs d’eau au large des côtes, il souille fortement le milieu marin. En effet, les cuves contiennent souvent des hydrocarbures, des métaux lourds ou des produits chimiques. Cette pollution serait 8 à 9 fois supérieure à celle des marées noires1.

 

La surpêche menace la biodiversité des milieux marins

Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), 30 % des réserves mondiales de poissons étaient surexploitées en 2012. Ces pratiques de pêche intensive nuisent à la croissance et à la reproduction des espèces, ce qui fragilise encore la biodiversité des milieux marins. Des scientifiques affirment même qu’il n’y aura plus de poisson dans l’océan à partir de 2048 si la pêche se poursuit à son rythme actuel1. Des espèces ont déjà étaient grandement touchées par la surpêche. Ainsi, au large de Terre Neuve, à l’Est du Canada, les bancs de morue ont quasiment disparu.

 

Le dérèglement climatique agit sur la circulation des masses d’eau

Glace du glacier Hielo Sur / Crédit Photo : GDF SUEZ / CLOT CHRISTIAN

Les activités humaines pèsent fortement sur les océans. Elles participent également au dérèglement climatique, une autre menace pour le milieu marin. Selon l’Agence internationale de l’énergie, ces activités ont émis 31 gigatonnes de gaz à effet de serre en 2011, alors que la Terre ne peut qu’en recycler « naturellement » moins de la moitié. L’exploitation du charbon et du pétrole, l’industrie, les transports et l’agriculture intensive sont principalement à l’origine de ces émissions.

Le dérèglement climatique a plusieurs conséquences sur les océans. Il provoque l’augmentation du niveau de la mer dû au phénomène physique de la dilatation thermique de l’eau et à la fonte des glaces. Il a également un impact sur les écosystèmes et sur la circulation thermohaline (diminution de la circulation des masses d’eau en profondeur). D’ici 2100, les courants marins pourraient ainsi se réduire de 25 %. Si la circulation des masses d’eau se ralentit, le climat s’en trouvera nécessairement perturbé. Enfin, le dérèglement climatique participe à l’acidification des océans. Généré par l’augmentation de CO2 dans l’eau, ce phénomène agit sur la taille des coquilles de certains mollusques.

 

 

Quelles solutions pour protéger les océans ?

Les experts des métiers de l’eau et des déchets ont un rôle important à jouer dans la protection des écosystèmes aquatiques. En effet, nous l’avons vu, le cycle de l’eau, s’il on ne fait rien, conduit inexorablement les polluants à l’exutoire ultime qu’est l’océan et dans une moindre mesure il en va de même pour les déchets. C’est pourquoi, SUEZ ENVIRONNEMENT, en collectant les eaux usées pour les traiter avant de les restituer au milieu naturel, contribue à réduire la pollution des rivières et des océans.

Actimar, filiale de SAFEGE et de SUEZ ENVIRONNEMENT, propose également à ses différents clients (collectivités locales, État, industriels) des services dédiés aux activités marines et contribue à préserver la biodiversité des milieux marins. Ces services permettent par exemple de prévenir les pollutions marines par la modélisation des rejets industriels et des répercussions sur l’environnement marin. Ils permettent également de gérer activement ces pollutions en cartographiant les pollutions chroniques ou accidentelles par télédétection.

1 Source : Maud Fontenoy Fondation

 

En savoir plus sur

L’engagement de SUEZ ENVIRONNEMENT pour l’environnement et la biodiversité

La protection du littoral par Lyonnaise des Eaux

Actimar

SAFEGE

SUEZ ENVIRONNEMENT

Maud Fontenoy Fondation

Fondation GoodPlanet

Tags associés :

Imprimer

Envoyer à un ami

Mis à jour le 06.06.13

Haut