eMag de Suez-Environnement

eMag de SUEZ ENVIRONNEMENT

Accueil > L'eau dans tous ses états > La préservation de la ressource en eau > Agriculture et préservation de la ressource : un enjeu majeur

La préservation de la ressource en eau

La préservation de la ressource en eau

Accéder au dossier

Imprimer

Envoyer à un ami

Agriculture et préservation de la ressource : un enjeu majeur

Article publié le 13.11.13

Préservation de la ressource en eau pour l'agriculture

Avec l’accroissement constant de la population mondiale, on assiste à une augmentation de la production agricole. Et le constat suivant : moins de terres cultivables et des ressources en eau qui se raréfient. Il s’agit donc pour les agriculteurs de relever le défi d’améliorer la productivité et la rentabilité des cultures tout en veillant à préserver les ressources. Quels sont les moyens dont ils disposent ? L’eMag vous dit tout.

 

Aujourd’hui, l’agriculture est le secteur d’activité le plus consommateur d’eau. Selon les sources du CNRS, cela représente les trois quarts de tout le volume d’eau consommé dans le monde ! La consommation mondiale d’eau agricole aurait été multipliée par 6 entre 1900 et 1975. En France, cela correspond à 48 % de la consommation globale, chiffre pouvant atteindre 79 % en plein été selon le Rapport annuel 2010 du Conseil d’Etat. Des résultats qui interrogent sur l’impact des activités agricoles sur la ressource en eau.

 

Quels impacts sur la ressource en eau ?

Premier impact : les volumes d’eau utilisés pour l’agriculture par le biais de l’irrigation tourne, selon les années, aux alentours de 3,9 milliards de m3 d’eau, soit 12 % des ressources prélevées en France par l’homme, toutes activités confondues (Source : Agences de l’eau / SOeS – 2010). Les risques de pollution et de salinisation des eaux et des sols notamment, poussent donc à optimiser les pratiques d’irrigation afin de protéger les nappes phréatiques et assurer une fertilité pérenne des sols.

Deuxième impact : les résidus de pesticides et les éléments nutritifs contenus dans les engrais s’infiltrent, altérant ainsi les masses d’eau. La pollution de l’eau par les engrais, en particulier par les nitrates, a été favorisée par la mise en place dans les années 1970-1980, de méthodes de production plus intensives accompagnées d’une utilisation accrue d’engrais chimiques en grandes cultures et d’une concentration plus importante des élevages.

Face à cela, il est aujourd’hui devenu essentiel de renforcer la protection des eaux superficielles et souterraines des pollutions diverses et d’aider les agriculteurs à mieux gérer leur consommation à travers notamment, des solutions innovantes.

 

Agir ensemble pour préserver les ressources

Quantité d’eau nécessaire aux cultures

238 litres d’eau pour cultiver 1 kg de maïs ensilage

590 litres d’eau pour 1 kg de pomme de terre

900 litres d’eau pour 1 kg de soja

5000 litres d’eau pour 1 kg de riz inondé

Selon le CNRS, les nitrates représentent aujourd’hui la principale cause de pollution des eaux souterraines. Une réalité prise en considération par les politiques publiques qui agissent depuis 20 ans au travers de programmes d’action « Nitrates », le 5ème programme étant actuellement en cours d’élaboration pour un lancement au printemps 2014. Pour répondre à ces enjeux, Lyonnaise des Eaux et SAFEGE accompagnent les collectivités dans la mise en place et la réalisation de plans d’actions. C’est-à-dire ? Une équipe d’hydrogéologues et d’agronomes identifient le territoire et plus précisément les zones de captage puis mobilisent les acteurs locaux et tout particulièrement les agriculteurs afin de les sensibiliser et leur soumettre des solutions concrètes d’actions de préservation. Un exemple ? Pour diversifier et opérer moins de pression sur les sols, il est possible de diversifier ses cultures. L’ajout de la luzerne aux cultures céréalières déjà en place, permet d’économiser des apports d’engrais azotés grâce à sa capacité de valorisation de l’azote de l’air. Cette plante demande également peu de traitements chimiques. De fait, elle constitue une réponse reconnue, fiable et économiquement durable à la reconquête de la qualité de l’eau.

L’innovation au service de la préservation

L’outil pédagogique d’aide à la décision, NitrascopeTM, permet de simuler des plans d’actions, aidant les collectivités à choisir le scénario le plus pertinent en termes d’impact sur la qualité de l’eau mais aussi en fonction de la faisabilité. Il permet d’engager un dialogue constructif avec les acteurs locaux.

Par ailleurs, de nouveaux outils aident aujourd’hui les agriculteurs à mieux gérer leur consommation d’eau. La technologie intelligente RegControlTM permet par exemple d’apporter automatiquement l’eau et les fertilisants nécessaires, au moment le plus adapté et dans des proportions adéquates. Le programme est mis à jour quotidiennement grâce à des capteurs placés dans le sol et peut être modifié à tout moment.


L’innovation RegControl™

 

Trouver des solutions innovantes pour répondre aux besoins environnementaux des agriculteurs, tel est également l’objectif de la société Onova, fruit de l’association de Lyonnaise des eaux et de la coopérative agricole Terrena. Son action : aider les agriculteurs à gérer l’eau sur leurs exploitations afin de sécuriser la productivité et la rentabilité des élevages et des cultures.

 


Pour une agriculture respectueuse de l’eau – Alain Guillemin, Terrena

 

En savoir plus sur

La préservation de la ressource en eau par SUEZ ENVIRONNEMENT

NitrascopeTM

Reg ControlTM

Onova

Terrena

Tags associés :

Imprimer

Envoyer à un ami

Mis à jour le 13.11.13

Haut