eMag de Suez-Environnement

eMag de SUEZ ENVIRONNEMENT

Accueil > L'eau dans tous ses états > La préservation de la ressource en eau > Comment les communes préservent-elles la ressource en eau ?

La préservation de la ressource en eau

La préservation de la ressource en eau

Accéder au dossier

Imprimer

Envoyer à un ami

Comment les communes préservent-elles la ressource en eau ?

Article publié le 13.11.13

Préservation de la ressource en eau des communes
Pour assurer leur bon fonctionnement et proposer tout au long de l’année de l’eau potable de qualité à leurs habitants, les communes doivent tout particulièrement veiller sur leurs ressources en eau. Découvrez comment elles préservent ces ressources en intervenant au niveau des captages et du réseau de distribution.

 

Alors qu’aux Etats-Unis un habitant consomme près de 600 litres par jour, en Afrique subsaharienne c’est 10 à 20 litres par jour. Le constat est simple : plus un pays est riche, plus sa consommation d’eau est importante. En Europe, ce sont les Suisses qui utilisent la plus grande quantité d’eau douce (252 litres par jour et par habitant). La France respecte la moyenne européenne avec une consommation d’eau de 151 litres par jour et par habitant.

Selon l’Agence européenne pour l’environnement, la diminution de la ressource en eau concerne au minimum 11 % de la population européenne. En raison de sa pluviométrie, de son réseau hydrographique et de son relief, la France se trouve dans une situation plus favorable. En effet, le pays dispose de 170 milliards de m3 de pluie efficace par an, soit 2 800 m3 par an et par habitant. Cette eau s’écoule dans les fleuves et rivières et alimentent les nappes souterraines. Le stock d’eaux souterraines est, quant à lui, estimé à 2 000 milliards de m3. Chaque année, environ 34 milliards de m3 d’eau douce sont prélevés pour satisfaire les activités humaines. 18 % sert à la production d’eau potable et aux usages domestiques. Néanmoins, la ressource varie en fonction des régions. Elle réclame donc un suivi attentif tant au niveau des captages que des réseaux de distribution d’eau.

 

Comment préserver la ressource au niveau des captages ?

Préservation ressource en eau, Bordeaux

La première nécessité pour préserver la ressource en eau des communes est de connaître les spécificités des zones de captage afin de mieux les protéger contre les différentes pollutions. La lutte contre les micropolluants est en effet essentielle pour assurer un service de qualité à tous les habitants. Ainsi, Lyonnaise des Eaux a pu démontrer l’efficacité de son modèle hydrogéologique, lui permettant de réagir plus efficacement encore face à de nouvelles pollutions comme en 2011, lors de son intervention à Bordeaux. Ainsi, en étroite collaboration avec l’Agence Régionale de la Santé et la Communauté Urbaine de Bordeaux, Lyonnaise des Eaux et le CIRSEE se sont immédiatement mobilisés pour mettre en place au cours de l’été 2011 un plan d’action sans précédent pour lutter contre la présence de traces d’un tout nouveau micropolluant détectées dans plusieurs ressources en eau, le perchlorate d’ammonium.

Au-delà de sa lutte quotidienne contre les micropolluants, une commune peut aussi avoir besoin de renforcer sa capacité de production. C’était par exemple le cas à Hyères les Palmiers (Var). Pour éviter l’intrusion d’eau de mer dans les nappes d’eau douce, qui peut être responsable d’une diminution de 40 % de la capacité de production de la commune à partir de ses ressources propres de la commune, l’eau du canal Jean-Natte va prochainement être pompée en hiver et transportée sur deux kilomètres pour être réinjectée dans la nappe. « Le volume d’eau apporté permettra de rééquilibrer l’alimentation de la nappe en stockant les eaux hivernales excédentaires » explique Alexandre Duzan, responsable technique ressources en eau à la direction de l’ingénierie environnementale de Lyonnaise des Eaux. Résultat, la commune ne sera plus soumise à cet aléa et retrouvera, lors de la mise en place du système, son autonomie.

Il est également possible de reconstituer des ressources de bonne qualité en utilisant le pouvoir épurateur du sol. Il s’agit de la double filtration éco-active. Comment ça marche ? L’eau est prélevée en nappe alluviale en bord de rivière puis est dirigée vers un bassin de réalimentation artificielle. Elle rejoint ensuite la nappe par infiltration naturelle. Grâce au pouvoir purifiant des sols, la qualité de la ressource est améliorée de façon écologique. Ce procédé a notamment été mis en œuvre entre 2010 et 2012 par Aqualogy et le centre de recherche CETaqua à Sant Vicenç dels Horts (Catalogne), non loin de Barcelone. À cet endroit il a été démontré la possibilité de contrôler et améliorer la géo-purification naturelle avec, comme résultat, la diminution significative des micro-polluants gemfibrozil et époxy-carbamazepine.

 

Comment préserver la ressource au niveau des réseaux d’eau ?

Une fois que les communes se sont assurées de la pérennité de leurs zones de captage, elles doivent s’efforcer d’améliorer les performances des réseaux d’eau potable. Pour ce faire, les experts de l’eau mettent à leur disposition des outils innovants. Ainsi, l’innovation Smart Metering Services Eau, offre aux usagers et la collectivité la possibilité de suivre en temps réel les consommations d’eau. Ce dispositif décèle également les fuites, une problématique sur laquelle le Groupe se montre très actif. IdrolocTM vise ainsi à détecter et à réparer les déperditions des réseaux d’eau potable et des canalisations. La détection s’effectue notamment grâce à des gaz traceurs.

 


L’innovation Services Eau Smart Metering
En savoir plus sur

La préservation des ressources en eau par SUEZ ENVIRONNEMENT

Smart Metering Services Eau

IdrolocTM

Tags associés :

Imprimer

Envoyer à un ami

Mis à jour le 13.11.13

Haut