eMag de Suez-Environnement

eMag de SUEZ ENVIRONNEMENT

Accueil > L’économie verte > Préserver et restaurer la biodiversité > Préserver et restaurer la biodiversité

libellule

Préserver et restaurer la biodiversité

Accéder au dossier

Imprimer

Envoyer à un ami

Préserver et restaurer la biodiversité

Article publié le 16.05.12

SITA France - FPR - Usine de recyclage de bouteille PET. Vue de La Seine

La préservation et la restauration de la biodiversité sont des enjeux majeurs de la croissance verte. La variété de la vie sur Terre constitue une de ses premières richesses et est vitale pour l’Homme. Célébrée mardi 5 juin, la Journée Mondiale de l’Environnement est l’occasion de rappeler que la biodiversité est aujourd’hui menacée et le rythme des extinctions des espèces vivantes de plus en plus préoccupant. SUEZ ENVIRONNEMENT prend en compte cette préoccupation en intégrant en amont des cycles industriels d’exploitation, la « valeur biodiversité ».

 

Le terme de biodiversité inventé dans les années 80 et popularisé depuis renvoie à une réalité aussi vieille que l’histoire de la vie sur Terre : la variété du monde vivant et des interactions au sein du vivant. Cette variété est aujourd’hui affectée par les activités humaines. Conséquence d’une population mondiale passée de 2,5 milliards en 1950 à 6,7 milliards aujourd’hui et d’une urbanisation croissante, 39% des espèces animales et végétales sont aujourd’hui considérées comme menacées1. Ce constat préoccupant sera au cœur des débats de la Conférence des Nations Unies pour le Développement Durable, dite « Rio + 20 », qui se déroulera en juin 2012.

Depuis plusieurs années, SUEZ ENVIRONNEMENT s’est engagé avec ses partenaires dans des actions concrètes visant à préserver et restaurer la biodiversité. Ces actions concernent ses deux grands domaines d’activité : la gestion de l’eau et la gestion des déchets.

 

Préserver, réhabiliter et régénérer la biodiversité des milieux aquatiques

Mer méditerranée - Marseille

Une première préoccupation concerne la préservation, la réhabilitation et la régénération de la biodiversité des milieux aquatiques. 80% de la pollution des océans est en effet d’origine terrestre et se déverse par les fleuves, canaux ou lagunes. A titre d’exemple, deux projets pilotes sont menés à Marseille (France) et à Santiago (Chili).

Dans la Cité Phocéenne, SUEZ ENVIRONNEMENT a mobilisé ses filiales françaises Safège et Lyonnaise des Eaux. La première a développé le programme Cystore pour la transplantation d’algues dans une perspective de valorisation écologique des aménagements côtiers tels que les digues en enrochement. La seconde mène le programme BioRestore qui permet d’accélérer la régénération de la biodiversité marine et de renforcer sa résilience.

Dans la capitale chilienne, la filiale d’AGBAR, Angas Andinas, s’investit dans la gestion d’espaces naturels protégés en partenariat avec trois organisations de protection de l’environnement. Les quatre partenaires ont la responsabilité du Parc Naturel Aguas de Ramón. Ils travaillent conjointement dans le bassin de Santiago au développement d’une aire naturelle de protection et de conservation de l’environnement, d’éducation environnementale et de tourisme écologique.

 

Elaborer des plans de gestion de la biodiversité sur les installations de stockage des déchets

SITA France - installation de stockage des déchets non dangereux (ISDND) de Lesmenils, sentiers de la biodiversité sur le site et totem kakemonoL’action de SUEZ ENVIRONNEMENT en faveur de la biodiversité passe également par l’élaboration de plans de gestion de la biodiversité sur ses installations de stockage des déchets. En France, SITA, qui gère plus de 700 installations de traitement de déchets, a mis en place ces plans en collaboration avec des experts naturalistes. La filiale de SUEZ ENVIRONNEMENT peut ainsi évaluer la biodiversité présente sur chaque installation de stockage, la comparer à celle des écosystèmes avoisinants et en mesurer la valeur écologique. Des plans de gestion écologiques sont ensuite mis en œuvre pour améliorer l’intégration de la biodiversité à l’exploitation des sites.

Pour mesurer scientifiquement les impacts de ces plans, SITA France s’est associé depuis 2007 au Service du Patrimoine Naturel du Muséum National d’Histoire Naturelle à Paris pour développer l’outil « Indicateur de Qualité Ecologique ». Cet instrument de mesure permet :

l’évaluation de la biodiversité présente sur les installations de stockage des déchets,
l’identification des pistes d’amélioration en fonction des enjeux locaux,
le suivi de l’efficacité des mesures mises en œuvre.

Pour aller plus loin, SITA France développe également un programme de sensibilisation auprès du grand public, « Les sentiers de la biodiversité », mis en place sur les sites mêmes de stockage avec des associations locales.

 

En savoir plus sur

La Journée Mondiale de l’Environnement

Rio+20

SAFEGE

Le Programme Cystore

Le Programme BioRestore

SITA France

Le Museum National d’Histoire Naturelle

Les sentiers de la biodiversité

 

1 The Economics of Ecosystems and Biodiversity (2010)

Tags associés :

Imprimer

Envoyer à un ami

Mis à jour le 16.05.12

Haut