eMag de Suez-Environnement

eMag de SUEZ ENVIRONNEMENT

Accueil > L'eau dans tous ses états > Le dessalement de l’eau de mer > Produire de l’eau potable à partir de l’eau salée : une solution d’avenir

Usine de dessalement d'eau de mer à Melbourne

Le dessalement de l’eau de mer

Accéder au dossier

Imprimer

Envoyer à un ami

Produire de l’eau potable à partir de l’eau salée : une solution d’avenir

Article publié le 30.11.12

Usine de dessalement de Melbourne vue du ciel - Octobre 2012
Alors que les réserves en eau douce viennent à manquer dans certaines régions du monde, le dessalement s’impose de plus en plus comme une solution, notamment dans les pays où les populations sont concentrées sur les côtes. Aujourd’hui 17.000 usines de dessalement dans 120 pays, produisent 66 millions de m3, dont les deux tiers sont destinés à la consommation, plus de 30% à l’industrie et 3% à l’irrigation. Déjà 200 millions de personnes sont alimentées en eau dessalée. La Chine et l’Inde devraient avoir des besoins considérables dans les 50 années à venir dans ce domaine. Le dessalement : une solution d’avenir. Oui, mais pourquoi ?

 

Le dessalement de l’eau de mer est une technique qui permet de retirer le sel de l’eau salée ou saumâtre pour la rendre potable. Cette technique permet actuellement de produire 1 % de l’eau potable utilisée dans le monde mais elle est amenée à se développer de plus en plus. En effet, l’accroissement de la population, la multiplication des sécheresses et l’épuisement des ressources en eau douce poussent de plus en plus d’états à se tourner vers cette solution.

 

L’eau salée : une ressource alternative

Vue générale d'une ville en bord de mer

Aujourd’hui, 40% de la population mondiale vit à moins de 100 km de la mer. Cela signifie que, potentiellement, 2,4 milliards d’habitants pourraient être approvisionnés en eau potable grâce à la technique du dessalement. De plus, les eaux salées représentent 97% du volume total d’eau présent sur notre planète, ce qui en fait un réservoir naturel gigantesque encore inexploitée comparée aux seulement 3% d’eau douce majoritairement traitée pour produire de l’eau potable.

Au-delà de ces considérations démographiques et environnementales, le dessalement constitue aujourd’hui une réponse économiquement viable pour les pays industrialisés comme pour les régions qui manquent de ressources en eau. En l’espace de 10 ans, son coût a été divisé par 2 grâce à l’optimisation constante des procédés d’osmose inverse.

Le dessalement par osmose inverse est une technologie qui a connu de grandes avancées au cours des dernières décennies. C’est une application industrielle fiable permettant d’apporter des réponses à grande échelle aux besoins en eau potable. L’osmose inverse consiste à produire de l’eau potable en plaçant de l’eau de mer sous pression pour forcer les molécules d’eau à traverser une membrane infranchissable pour les molécules de sel de mer. L’eau douce est ainsi récupérée alors que la partie saturée en sel, appelée saumure, est traitée, diluée et réintégrée dans le milieu naturel marin.

Les deux leviers d’action à activer en priorité aujourd’hui pour lutter contre les pénuries programmées de demain sont la maîtrise de la consommation d’eau et la sécurisation de l’approvisionnement qui mobilisera la ressource là où elle se trouve.

 

Des projets ambitieux à Melbourne, à Barcelone, au Chili et au Royaume de Bahreïn

LE DESSALEMENT PAR DEGRÉMONT EN QUELQUES CHIFFRES-CLÉS

255 usines dans le monde

10 millions d’habitants desservis

2,8 millions de m3 d’eau potable produits par jour

Au sein de SUEZ ENVIRONNEMENT, Degrémont a conçu des technologies capables de produire de l’eau douce à partir de l’eau de mer. Degrémont propose des procédés originaux et performants pour chaque étape de traitements, avec une attention particulière portée à la purification en amont du dessalement par osmose inverse. Depuis sa création en 1939 et une première installation sur l’Ile de Houat (France) en 1969, la filiale de SUEZ ENVIRONNEMENT exploite actuellement 255 usines de dessalement et fournit ainsi en eau potable 10 millions d’habitants dans le monde.

L’Australie, l’Espagne, le Chili et les pays du Moyen-Orient ont fait le choix du dessalement pour répondre à leur croissance démographique et à leur pénurie en eau potable. C’est donc dans ces pays que l’on retrouve les projets les plus ambitieux conduits par Degrémont.

A Melbourne (Australie), Degrémont vient de mettre en service la plus grande usine de dessalement de l’hémisphère Sud et l’une des plus grandes au monde. Cette usine produit 450 000 m3 d’eau potable par jour et couvre le tiers des besoins des 4 millions d’habitants de la deuxième plus grande ville du pays. C’est également Degrémont qui exploite la plus grande usine de dessalement d’Europe. Située à Barcelone et inaugurée en 2009, cette usine alimente en eau potable près de 20% de la population de la région de Barcelone, soit 5 millions d’habitants grâce à la production journalière de 200 000 m3/jour d’eau dessalée. A titre de comparaison, elle pourrait à elle seule produire une quantité d’eau équivalente aux besoins d’une ville comme Lyon en France.

Degrémont exploite à Puerto Coloso la plus grande usine de dessalement par osmose inverse d’Amérique du Sud. Cette usine fonctionne grâce à l’énergie fournie par des éoliennes et produit 45 000 m3 d’eau potable par jour. La filiale de SUEZ ENVIRONNEMENT exploite également depuis 2011 l’usine de dessalement d’Al Dur sur la côte Sud-Est du Royaume de Bahreïn. Cette installation produit 218 000 m3 d’eau potable par jour et a nécessité une année de tests pour déterminer avec précision les pré-traitements adaptés aux spécificités des eaux salées de la région.

D’ici 2030, on estime que 4 milliards d’habitants vivront une pénurie d’eau douce. Développer le dessalement aujourd’hui, c’est donc sécuriser sur le long terme l’approvisionnement en eau des populations. Une solution d’avenir en somme.

En savoir plus sur

Le dessalement par Degrémont

Le dessalement par SUEZ ENVIRONNEMENT

L’osmose inverse

L’usine de dessalement de Perth (Australie)

Tags associés :

Imprimer

Envoyer à un ami

Mis à jour le 30.11.12

Haut