eMag de Suez-Environnement

eMag de SUEZ ENVIRONNEMENT

Accueil > La seconde vie des déchets > La valorisation énergétique > Le recyclage du bois : une activité aux multiples facettes

La valorisation énergetique

La valorisation énergétique

Accéder au dossier

Imprimer

Envoyer à un ami

Le recyclage du bois : une activité aux multiples facettes

Article publié le 22.07.11

Le recyclage du bois : une activité aux multiples facettes

Donner une deuxième, voire une troisième vie aux matériaux. Si le recyclage des papiers et des bouteilles en plastique a réussi à s’imposer dans les consciences, il n’en va pas forcément de même pour les déchets de bois. Pourtant, leur possibilité de valorisation sont variées.


Le marché du bois recyclé a le vent en poupe et les chiffres parlent d’eux-mêmes. A l’heure actuelle, le marché français du bois de recyclage représente 5 millions de tonnes. Et sur ce total, 3,5 millions de tonnes font l’objet d’un recyclage, contre 1,8 millions de tonnes il y a dix ans. Autant dire que le marché est en pleine expansion. C’est pourquoi SITA Recyclage s’inscrit pleinement dans cette démarche en développant sa filière bois. Rien qu’en 2010, 520 000 tonnes de bois ont ainsi été recyclés via sa filiale spécialisée RBM (Revalorisation Bois Matière) et 13,5 millions de palettes par son autre filiale Epalia.

Plus précisément, RBM, spécialisé dans le recyclage du bois, compte aujourd’hui 11 plateformes de récupération et de traitement des déchets et travaille en collaboration avec 12 sites partenaires, ce qui lui permet de couvrir une large partie du territoire national et de parfaitement illustrer le cycle du bois, de sa collecte jusqu’à son retraitement.

 

D’où vient le bois que l’on recycle ?

Concrètement, les déchets de bois proviennent de 4 sources différentes qui comprennent l’exploitation forestière, les scieries, les industries de deuxième transformation qui produisent des sciures et des chutes et, enfin, les objets mis au rebut comme le bois de chantier, les palettes et autres meubles et traverses de chemins de fer. Parmi ces déchets, on distingue 3 catégories : les bois exempts de toute contamination, les bois faiblement traités (par exemple les palettes) et les bois lourdement traités.

 

Comment collecte-t-on le bois ?

Une fois répartis selon ces catégories, la collecte des bois récupérables se met en place. C’est à cette étape qu’intervient une société comme LAMESCH qui a rejoint le groupe SITA – SUEZ ENVIRONNEMENT en 2002 et dont la mission est d’organiser une collecte séparée des déchets valorisables et de réceptionner les déchets de bois aussi bien traités que non traités pour les broyer, sachant qu’ils font l’objet d’un conditionnement spécifique en fonction de leurs critères de qualité. Après tri et conditionnement, les déchets sont alors transportés vers les unités de valorisation. C’est à cette étape que commence réellement la seconde vie des déchets de bois.

 

Que fait-on avec le bois recyclé ?

Pour créer de la richesse et ainsi produire un matériau utile, RBM transforme les déchets en 3 filières principales de valorisation : la production d’énergie, la production pour l’industrie du papier et ses dérivés et, enfin, pour l’agriculture la fabrication de litière animale. 3 filières de valorisation pour 3 traitements différents en fonction de leur qualité initiale. Ainsi, issus du broyage des bois non traités, les copeaux de bois non traités sont recyclés par exemple dans la fabrication de panneaux à particules, illustrant ainsi une manière habile de recréer une véritable “matière première secondaire”.

 

En savoir plus sur

RBM

LAMESCH

Crédit photo : ©SUEZ ENVIRONNEMENT / T.Duvivier/Trilogi’c

Tags associés :

Imprimer

Envoyer à un ami

Mis à jour le 22.07.11

Haut