eMag de Suez-Environnement

eMag de SUEZ ENVIRONNEMENT

Accueil > La seconde vie des déchets > Le tri, cheval de bataille de la valorisation des déchets > Le tri des déchets des activités économiques

tri_ass

Le tri, cheval de bataille de la valorisation des déchets

Accéder au dossier

Imprimer

Envoyer à un ami

Le tri des déchets des activités économiques

Article publié le 07.10.13

 Poubelles de tri / Crédit Photo : GDF SUEZ / INTERLINKS IMAGE / BORGEAUD ANTONIN
Chaque entreprise est responsable du traitement des déchets engendrés par son activité. Elle doit donc s’assurer que le processus d’élimination respecte la réglementation en vigueur afin de maximiser le recyclage et la valorisation de ses déchets. Quels types de déchets sont issus des activités économiques. Comment sont-ils triés puis valorisés ? L’eMag vous explique tout.

 

Les déchets issus des activités économiques sont produits par les entreprises, les artisans, les commerçants, les écoles, les services publics, les hôpitaux, les services tertiaires et les particuliers en dehors de leur domicile. D’après l’Eurostat, sur les 355 millions de tonnes de déchets produits en France en 2010, 325 millions provenaient des activités économiques. 80 % étaient générés par le secteur de la construction contre 7 % par l’industrie, 7 % par le tertiaire et 0,4 % par l’agriculture.

 

Comment trier les déchets des activités économiques ?

Les déchets des activités économiques se décomposent en trois grandes familles qui exigent, chacune, de procéder à des tris différents :

Unité mobile de concassage béton / Crédit Photo : ©SUEZ ENVIRONNEMENT / Abacapress / Kristian Gehradte

Les déchets inertes ne subissent aucune modification physique, chimique ou biologique notable. Bien qu’ils ne soient pas biodégradables, ils ne sont pas susceptibles de porter atteinte à l’environnement ou à la santé humaine. Provenant des chantiers, mais aussi des mines et des carrières, les déchets inertes incluent les pavés, le sable, les gravats, les tuiles et le carrelage. À l’inverse, le bois, les plastiques (isolation, moquette) ou le métal de plomberie ne sont pas considérés comme tels.

Le tri et la valorisation des déchets de chantiers sont devenus un des enjeux majeurs pour le secteur du bâtiment. Sur les gros chantiers, il est possible de mettre en place une mini déchèterie et d’effectuer un tri in situ qui permettra d’isoler les déchets inertes. Sur les petits chantiers, on privilégiera l’installation de bennes pour séparer les déchets inertes et les déchets non dangereux (DND) en mélange. Deux grands types de tri sont également pratiqués en aval des chantiers : le tri au sol avec estimation de la part valorisable qui permet d’atteindre des taux de valorisation supérieurs à 25 % ou 30 % et le tri sur chaîne mécanisée qui obtient un taux de valorisation entre 60 % et 90 %.

Les déchets dangereux, comme leur nom l’indique, peuvent avoir un impact sur l’homme ou l’environnement. Il peut s’agir de produits chimiques organiques ou minéraux (solvants, eaux de lavage, etc.) ou de produits formulés (peintures, vernis, colles, etc., ainsi que leurs pots). Certains produits de la vie courante renferment aussi des substances toxiques (piles, néons, huiles usagées, aérosols…). Ils sont donc classés parmi les déchets dangereux. Les déchets toxiques en quantités dispersées (DTQD) sont produits en petites quantités par les ménages, les commerçants ou les PME. Ils doivent donc être également traités avec les déchets dangereux. En raison de leurs natures et de leurs origines très variées, ils sont dispersés dans l’environnement donc difficilement mobilisables dans le cadre d’une collecte. Pour ces raisons, le tri de ce type de déchets à la source est la clé de voûte d’une gestion réussie sur les plans de l’optimisation des coûts, de la sécurité et du respect de l’environnement.

Les déchets industriels banals (DIB) sont des déchets non inertes et non dangereux générés par les entreprises, industriels, commerçants, artisans et prestataires de services (ferrailles, métaux non ferreux, papiers-cartons, verre, textiles, bois, plastiques, etc.). Un tri est effectué pour séparer les déchets valorisables (cartons, ferrailles, bois, etc.) et les déchets ultimes qui ne sont ni valorisables, ni réutilisables.

 

Que fait-on des déchets issus des activités économiques ?

D’après le Code de l’environnement, chaque entreprise est responsable du traitement des déchets engendrés par son activité. Elle doit donc s’assurer que le processus d’élimination respecte la réglementation en vigueur. La prise en charge des déchets produits par les entreprises contribue à réduire leur empreinte environnementale. Elle doit également permettre leur valorisation. Mais comment sont traités ces déchets ?

SITA Spécialités, Labo-Services - Contrat de gestion déléguée : déchets dangereux et certains déchets banals d'Axens - Salindres, France / Crédit Photo : ©SUEZ ENVIRONNEMENT / ABACAPRESS / François MOURA

Les déchets dangereux sont traités par voie thermique, physico-chimique ou biologique. L’incinération à très haute température est utilisée comme système de chauffage dans les bâtiments. D’autres déchets dangereux doivent être transformés avant de pouvoir être stockés. Ils sont donc soumis à des réactions chimiques ou des processus physiques de séparation. Le traitement physico-chimique engendre des boues. Celles-ci sont décantées et déshydratées avant de rejoindre les centres de stockage pour déchets dangereux ou déchets ultimes. La régénération des huiles usagées, des antigels et des hydrocarbures souillés permet également de fabriquer des produits pétroliers de substitution.

Les déchets industriels banals sont compostés, recyclés, réutilisés, incinérés ou enfouis dans des centres de stockage. Les déchets valorisables, tels que les métaux, les plastiques, les papiers ou les cartons peuvent aussi être revendus pour une réutilisation matière. Enfin, les déchets inertes peuvent être valorisés sur le site de production, sur d’autres sites ou encore être employés en remblai de carrière ou pour des travaux routiers. Les déchets inertes non recyclés sont conservés dans des centres de stockage spécifiques. Ils deviennent alors des déchets ultimes.

 

En savoir plus sur

La gestion des déchets d’entreprise par SITA France

La valorisation des déchets de chantiers par SITA France

Le recyclage des produits dangereux par SITA France

Le stockage des déchets dangereux par SITA France

La gestion des déchets dangereux par Labo-Services

Tags associés :

Imprimer

Envoyer à un ami

Mis à jour le 07.10.13

Haut